Le Contract Management Challenge (CMC) – Un Legal Game au LLN Juris Club

CMC4

L’année académique 2016-2017 ne pouvait s’achever en beauté sans une dernière activité organisée par le LLN Juris Club : le premier Contract Management Challenge a donc eu lieu au début le 5 mai 2017 à Louvain-la-Neuve.

Le jeu consiste en une mise en pratique du rôle du Contract Manager qui coordonne et dirige la formation et conclusion d’un contrat.

L’intérêt que revêt ce jeu est multiple. Il s’agit à la fois d’éveiller la curiosité des participants quant au rôle-clé du contract manager et de soulever les enjeux pratiques sous-jacents à la formation d’un contrat. Le tout en renforçant la capacité des participants à travailler en équipe dans des délais parfois serrés.

Après un mot d’introduction d’Amaury de Woot, fondateur du LLN Juris Club et d’Antoine Cleret, président de ce dernier, la place fut laissée à Antonio Chagoya, lead Contract Manager chez GSK, qui a tout d’abord expliqué en quoi consistait le travail d’un Contract Manager, avant de poursuivre en donnant les contours des différentes étapes du jour.  

CMC1

Au terme de ces explications, les participants ayant été répartis en groupes de quatre à cinq personnes, le CMC, réservé en grande majorité aux membres du LLN Juris Club pour sa première édition, pouvait enfin réellement commencer !

Inspirée des différents Legal Games et Business Games, cette première édition fut un réel succès!

Le challenge s’est déroulé en trois phases, toutes en anglais : une partie de “contract management” stricto sensu, une analyse critique de différentes clauses contractuelles proposées et une présentation orale du résultat recouvrant les principaux éléments que chaque équipe a désiré soulever.

L’idée de départ est simple : une entreprise souhaite passer un contrat avec un vendeur. Là où les choses se compliquent, c’est quand il fallait vérifier, au travers des multiples échanges de courriers électroniques, si les différents départements de l’entreprise (Data Business, Procurement, Finance, etc.) ont donné leur feu vert et à quelles conditions. L’objectif était donc de repérer, en 40 minutes les éléments pertinents et de parvenir à apporter une réponse claire sur l’opportunité de signer ce contrat.

Dans la deuxième phase, le contrat de vente était transmis aux équipes, qui devaient alors y proposer des corrections afin que leur client ne soit en aucun cas désavantagé dans ce contrat. Ils disposaient de 40 minutes pour cela. Certains éléments étaient manifestes, comme des erreurs de forme qui s’étaient glissées dans la convention, alors que d’autres étaient mieux dissimulés, comme des questions de responsabilité ou de propriété intellectuelle.

CMC2

Dans la dernière phase qui a duré 50 minutes, chaque équipe a brièvement présenté son travail oralement, en soulignant notamment les clauses auxquelles il fallait, selon eux, accorder notre attention de manière prioritaire.

Enfin, tout jeu méritant naturellement un gagnant, Antonio Chagoya, Amaury de Woot et Antoine Cleret ont évalué toutes ces différentes prestations des équipes et ont désigné l’équipe gagnante, composée de Maxime Banse, Elliot Ravet, Adrien Dumonceaux et Antoine Houet.

CMC3

Après un mot de conclusion pour refermer ce premier CMC, tout le monde a eu l’occasion de discuter autour d’un verre et de partager ses impressions au terme de cette après-midi intense en réflexion.Nous en profitons pour remercier cordialement Antonio Chagoya, Amaury de Woot et Antoine Cleret pour l’organisation de ce Legal Game qui a beaucoup plu à tous les participants.

Ce n’est d’ailleurs pas ici que le projet s’arrête: la deuxième édition de Legal Game, qui s’annonce plus stimulante encore, est prévue pour le quadrimestre prochain. Avis à quiconque est intéressé: cette édition sera ouverte à tous les étudiants du pays, et non plus simplement aux juristes. Saisissez cette opportunité enrichissante pour développer vos compétences juridiques et économiques mais également sociales : nous espérons donc vous y voir nombreux !

Pour le LLN Juris Club,

Adebissi A. et Gauthier B.